Les artisans parfumeurs, une histoire millénaire

L'Artisan parfumeur en France,Et si nous vous disions que le parfum et son histoire en France remontent à l’ère de la Préhistoire ? À l’époque, déjà, nos ancêtres utilisaient du bois et des résineux pour parfumer leurs aliments. Au fil du temps, les utilisations du parfum se sont développées de la même manière que la variété de senteurs. Vous l’aurez compris, derrière ce geste devenu si banal se cache une tradition née à une autre époque. Des grandes maisons de parfumerie voient le jour. Se parfumer devient relatif au luxe. L’utilisation du parfum se démocratise et s’impose comme un produit rentable et économiquement profitable. Envie d’en savoir davantage sur l’histoire du parfum en France et sa place dans notre société actuelle ? C’est par ici, dans ce nouvel article de Terroir artisan.

Parfum : de la Préhistoire à nos jours

L'Artisan parfumeur en France,Si les fleurs étaient sur terre bien avant l’homme, il est en, de facto, de même pour le parfum. Nos ancêtres découvrent les pouvoirs envoûtants des fleurs dès leurs premiers pas sur terre. Le parfum et son histoire en France débute dès lors. Mais ce n’est pas avant le Néolithique que l’intérêt aromatique des plantes sera exploité. Nos ancêtres commencent, dès lors, à les brûler avant de saupoudrer leur nourriture avec. Des vestiges remontant au 4ème millénaire avec J.C ont permis de découvrir que les Sumériens cocotaient déjà leurs propres parfums. Tanaisie, braie de bouleau, miel, cire d’abeille, pissenlit… Telles étaient quelques-unes des plantes utilisées au cours de la Préhistoire pour mettre au point les premières fragrances.

Le parfum au cœur des rites religieux

En Égypte, au temps de l’Antiquité, le parfum et ses utilisations se développent de manière conséquente. Encens, résines, baumes… Les senteurs douces et agréables trouvent notamment leur place dans les rites religieux. Le parfum se décline, plus tard, sous forme d’huile. Il est alors appliqué sur le corps des aristocrates égyptiens.
Les Grecs utilisent le parfum aux mêmes fins. Cependant, ils lui découvrent rapidement une utilité nouvelle et s’en servent dans le cadre de la séduction. Peu à peu, le parfum a trait à la beauté.
Le commerce prend son essor à cette époque. Les comptoirs se multiplient, notamment au Proche Orient. Les conquêtes d’Alexandre le Grand permettront à la parfumerie de s’approprier le styrax, le safran, la cannelle et la myrrhe.

L’art de la parfumerie à l’heure des pandémies

Au Moyen âge, la tendance change. En effet, le parfum est surtout utilisé dans le cadre de la médecine. On pense, notamment, à la période de peste durant laquelle les plantes aromatiques sont employées pour purifier l’air. Terrifiées par les maladies qui les assènent, les populations viennent à s’enduire le corps de mixtures parfumées.
À la même époque, l’eau est perçue comme une menace à la bonne santé. Se laver n’est pas recommandé. Pour lutter contre les odeurs liées à ce manque d’hygiène, les aristocrates ne lésinent pas sur le parfum.
C’est aussi au Moyen âge qu’est née la distillation. C’est grâce à elle que L’eau de la reine de Hongrie voit le jour. Il s’agit là du plus ancien parfum alcoolique référencé dans les archives. Nous sommes alors en 1370. Celui-ci se compose alors de romarin, de vin, de rose et de lavande.
Louis XIV faisait, quant à lui, parfumer tous les objets de son quotidien. Perruques, mouchoirs, gants, chapelets, éventails… Cet abus de parfum serait, d’ailleurs, à l’origine de l’allergie du roi, contractée à la fin de sa vie.

Les premières boutiques

C’est au siècle des lumières que le parfum prend une nouvelle place dans la vie de la population française. La cours de Versailles est surnommée la cour parfumée. Les différents parfums se multiplient à vitesse grand V. Les parfums sont plus légers et raffinés. L’emballement autour du parfum entraîne, naturellement, l’ouverture des premières boutiques parisiennes. L’eau de Cologne, rapportée d’Allemagne, séduira massivement.
L’industrialisation à la fin du 19ème siècle donnera au parfum la notoriété qu’on lui connaît aujourd’hui.

Le parfum, un luxe démocratisé

Le parfum n’est désormais plus réservé à une élite. D’ailleurs, de nos jours, les Français réserveraient 32 % de leur budget pour des dépenses cosmétiques. La demande de parfums ne cesse de croître et oblige les parfumeurs à se renouveler sans cesse. Chaque année, le marché du parfum français croît de 3,4%.
La génération des millénials est réputée pour être la plus grande consommatrice de parfums.
Dans le même cadre, le secteur du luxe, lui, croît de près de 5 % par an. Cette hausse de la consommation couplée au public ciblé oblige les parfumeurs à faire évoluer leur image, mais également à développer la parfumerie en ligne.
En 2021, le secteur du luxe devrait dépasser les 500 milliards d’euros. Tout de même…

 

L’équipe Terroir-Artisan,

 

 

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. L’alcool se savoure avec modération.