Coutellerie d’art : Les différents matériaux pour fabriquer un beau manche

Manche Couteau Laguiole Honoré,Après avoir vu les différents matériaux pour la fabrication d’une lame de qualité, voici ceux pour la fabrication des manches. Les maîtres en coutellerie utilisent différents matériaux à sculpter, à polir pour sublimer un couteau.

Le bois

Manche couteau Laguiole Honoré,Le bois est certainement le plus courant des matériaux utilisés et le plus apprécié à travailler pour fabriquer un beau manche de couteau. En effet, le bois peut être facilement sculpter par l’artisan coutelier afin de lui donner une forme originale pour en faire des pièces uniques selon sa créativité.

  • Les bois européens : utilisés en menuiserie ou ébénisterie, on peut utiliser tous les types de bois comme le chêne, le hêtre, le noyer, le frêne, le buis, l’olivier, le poirier,…
  • Les bois exotiques: de très nombreuses variétés (une quarantaine) permettent de valoriser le rendu esthétique d’un manche comme le Cocobolo, le Rosewood, l’Ebony et le Bubinga.
  • Les bois stabilisés: ce sont des bois européens ou exotiques auxquels il a été injecté de la résine époxy ou styrène. Ce procédé permet de protéger les bois contre les désagréments comme les fissures et les tâchesdues à l’eau et à l’usure que l’on peut rencontrées avec les bois naturels. Il reste cependant plus coûteux.

Les matériaux d’origine animale

On retrouve différentes matières qui peuvent être utilisées :

  • Les cornes : traditionnellement, ce matériau est largement utilisé en coutellerie. Le plus souvent, il s’agit de cornes de bovidés africains ou d’Asie. Cependant, des cornes de béliers, de chèvres ou mouflons sont utilisés pour de nombreux couteaux régionaux.
  • Le bois de cervidés : Les bois de cerf ou de chevreuil sont appréciés pour leur solidité, leur esthétisme et leur coût abordable. Cette matière se travaille très facilement et rend les couteaux uniques selon chaque bois utilisé. Il sera parfait pour des couteaux qui demandent une bonne prise en main en conditions difficiles.
  • L’ivoire : l’ivoire d’origine animale est aujourd’hui peu répandu après la règlementation de 1973 limitant son utilisation afin de préserver les espèces d’éléphants en proie au braconnage, il reste cependant un matériau de luxe. Il est aujourd’hui substitué par d’autres matériaux comme le micarta (fabriqué à base résine) ou l’ivoire végétal, Tagua (fruit d’un palmier d’Amérique du Sud). Ces ivoires sont bien moins cherset ont le même rendu aussi bien esthétique qu’au toucher, alors pourquoi s’en priver ?
  • L’os : moins répandu, on retrouve des manches en os d’autruche, de buffle, de zèbre ou de girafe.
  • Autres : on peut retrouver également d’autres matériaux d’origine animale comme les dents de phacochères pour certains couteaux de collection.

Les matériaux synthétiques

Plutôt utilisés par les fabricants industriels plutôt qu’en coutellerie d’art, il demande néanmoins une certaine minutie à travailler à cause de leur fragilité. En matière dérivée de plastiques ou de résine apprécié pour leur beauté, le prix reste assez élevé.

Pour conclure, chaque artisan coutelier choisira la matière d’un couteau en fonction de ce qu’il aime travailler tout d’abord mais aussi en fonction de l’utilisation qui sera faite du couteau. Des matières nobles ou fragiles seront utilisées pour des couteaux de collection à exposer en vitrine tandis que des matériaux solides seront utilisés pour des utilisations répétées.

 

L’équipe Terroir-Artisan,

 

 

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. L’alcool se savoure avec modération.