L’industrie de la coutellerie a véritablement pris son essor avec l’intérêt croissant des consommateurs pour l’art de la table luxe. C’est aujourd’hui un secteur à valeur sûre pour le commerce d’ustensiles de découpe haut de gamme. Zoom sur la coutellerie d’art en France et découvrons ensemble le savoir-faire unique de nos artisans couteliers.

La coutellerie d’art, un secteur dynamique en France depuis toujours

Le succès des couteaux d’art en France réside dans la qualité et la spécificité des productions locales. Déjà au Moyen-Âge, Thiers était un haut lieu de fabrication et d’exportation d’articles de coutellerie. C’est dans cette petite ville, surnommée « la capitale de la coutellerie », que sont conçus les célèbres couteaux Laguiole. Et aussi le fameux couteau de cuisine Sabatier.

Le bassin thiernois représente 70 % de la production nationale. D’autres régions suivent le diapason, dans la fabrication de couteaux industriels : Nogent en Haute-Marne, Laguiole en Aveyron, Degrenne en Normandie et Opinel en Savoie.

Les étapes de fabrication d’un couteau d’art

La coutellerie fait partie des métiers d’art. Un coutelier est un véritable artisan d’art qui sait assembler harmonieusement différents matériaux pour créer des couteaux qui seront aussi agréables à regarder qu’à manier et à utiliser.

Comme pour toute création artistique, le coutelier commence d’abord par dessiner le futur couteau ainsi qu’un croquis technique. Dans un second temps, le travail à la forge d’une pièce de métal permet d’obtenir la lame. Cette étape est particulièrement importante dans la fabrication d’un couteau. C’est en effet le travail du métal qui est à la base des principales caractéristiques d’un couteau : son tranchant, sa solidité, sa durabilité…

Après un travail de forge qui donne naissance à la forme de la lame, celle-ci subit un trempage qui garantit sa durabilité. Le tranchant de la lame est obtenu par l’émouture, suivi ou non d’un crantageLa coutellerie d'art : image illustrant un couteau en main avec mention ''fabriquer un couteau'' pour réaliser des micro dentures.

Le coutelier procède ensuite aux finitions de la lame en la polissant et en l’affûtant. L’artisan façonne enfin le matériau choisi pour le manche : bois, corne, métal… Le manche est pour finir assemblé sur la lame par soudure, rivetage ou collage.

Si aujourd’hui la coutellerie nationale offre des couteaux de qualité exceptionnelle, c’est bien grâce au savoir-faire d’une lignée de couteliers professionnels. Mais encore faut-il pouvoir distinguer le vrai du faux.

Comment vérifier l’authenticité d’un couteau ?

Quand on choisit un couteau fabriqué par un artisan coutelier, on choisit bien plus qu’un simple accessoire utilitaire. La qualité de ce dernier se mesure à ses composants, et à leurs caractéristiques. D’abord la lame : quelle lame pour un couteau ? Le métal utilisé pour la lame du couteau, en général de l’acier, est un critère de qualité essentiel en coutellerie. Le choix de l’acier de la lame se fait en fonction de cinq caractéristiques :

  • La dureté
  • La ténacité (résistance aux chocs)
  • La résistance à l’usure
  • La résistance à la corrosion
  • La rétention des bords (ou durée de netteté de la lame)

Ces propriétés de l’acier dépendent des teneurs en carbone, en fer et en additifs mais aussi du travail et des finitions de la lame. En coutellerie, on rencontre 3 grandes familles d’acier : l’acier à outil, l’acier au carbone ainsi que l’acier inoxydable. Le type d’acier utilisé dans la fabrication d’un couteau dépend de l’usage que l’on souhaite en faire. En vous intéressant à la fois à l’esthétique de votre couteau et aux spécificités de ses composants, vous êtes sûr que vous aurez le plaisir de l’utiliser très longtemps !

Couteau de cuisine Sabatier - artisan coutelier français
Qui dit couteau haut de gamme, dit souvent conception artisanale. En effet, les meilleurs couteaux sont ceux fabriqués par la main d’un artisan chevronné et professionnel.
Pour évaluer l’authenticité d’un couteau, il peut être pertinent de vérifier la signature du fabricant ; parfois un certificat de garantie est livré avec l’adresse complète du coutelier.

 

 

 

En outre, d’autres éléments doivent être pris en compte :

  • La qualité des matériaux de fabrication
  • Le coût puisqu’un couteau authentique ne se vend pas moyennant un prix modique
  • Le poids du couteau
  • Sa prise en main
  • La fixation de ses plaquettes

Quelques conseils pour bien conserver votre couteau ?

Aiguisez régulièrement votre couteau afin de préserver le tranchant de sa lame.

Le nettoyage s’effectue de manière simple, avec un tissu de coton.

Pour les couteaux avec le manche en bois, gardez-le à l’abri de l’humidité afin d’éviter à la matière de se déformer.

Voilà, nous espérons que vous avez apprécié cet article sur la coutellerie d’art. Vous pouvez poursuivre votre lecture en parcourant nos autres guides sur les différents produits artisanaux.

L’équipe Terroir-Artisan, Frédéric C.